UA: une majorité de 28 pays demande la suspension de la république du Polisario

sommet-uaSur les 54 pays que compte l’Union Africaine (UA), une majorité de 28 Etats membres a demandé lundi la suspension de la République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD), revendiquée par le front Polisario avec le soutien de l’Algérie.

Dans une motion transmise officiellement au président de l’UA par le chef d’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba, les 28 pays signataires estiment que la suspension de la RASD permettra à l’UA de « jouer un rôle  constructif et de contribuer positivement aux efforts de l’ONU dans le dénouement définitif du différend régional sur le Sahara ».

La motion des 28, qui devrait être suivie à brève échéance par au moins une dizaines d’autres pays, intervient dans le sillage du message du roi Mohammed VI au 27ème sommet de l’UA annonçant le retour du Maroc au sein de l’organisation panafricaine après 32 ans d’absence.

Ce retour a d’ailleurs été chaleureusement accueilli par les 28 qui ont salué « la décision du Royaume du Maroc, membre fondateur de l’OUA », d’intégrer l’UA. Ils « entendent œuvrer pour que ce retour légitime soit effectif dans les meilleurs délais », assure la motion.

Pour ce qui est de la suspension de la RASD, les statuts de l’UA ne prévoient la suspension d’un Etat membre que dans le cas de l’arrivée au pouvoir par la force. Ce qui veut dire que le retour du Maroc au sein de l’UA ne se traduira pas forcément par la suspension automatique de la RASD.

Cela prendra certainement du temps et annonce des batailles politiques et diplomatiques qui seront animées principalement par l’Algérie et l’Afrique du Sud, traditionnels soutiens du Polisario. Mais, l’initiative d’une majorité de 28 Etats  membres a ouvert le bal et il faut s’attendre à ce que d’autres pays africains se rallient assez rapidement à leur argument.

Le président Sénégalais Macky Sall, a d’ailleurs clairement exprimé la position de la majorité des Etats membres: « Nous demandons que la RASD soit suspendue de l’UA ». La motion des 28 « est en rapport avec le droit international (…) dès lors que la RASD n’a pas été reconnue par les Nations unies et d’autres organisations internationales », a insisté le président Sall.

 

Advertisement

Sans commentaires.

Laisser une Réponse