Mauritanie: un responsable confirme l’implication du Polisario dans le trafic de drogue

saharaMedia
L’implication du Polisario dans le trafic de drogue vient d’être confirmée, sur France 24, par un responsable mauritanien qui a insisté sur le grand nombre d’éléments du Polisario arrêtés lors de la saisie, dernièrement en Mauritanie, de deux tonnes de cocaïne destinées à être convoyées vers le marché européen.
Ahmadou Abdel Malek, le porte-parole officiel en France du parti au pouvoir en Mauritanie, l’Union pour la République, y est allé sans détour sur la chaîne française France 24. « Les forces de sécurité mauritaniennes et les forces anti-drogue ont une grande expérience dans le domaine. Ils ont arrêté plusieurs gangs et ce n’est pas la première fois qu’ils parviennent à mettre la main sur une bande dont la plupart des membres sont du Polisario et du grand Sahara connaissant pertinemment la région », a expliqué le responsable mauritanien.
Toutefois, « la dernière opération a battu en brèche leur tentative de narcotrafic », précisé Ahmadou Abdel Malek. L’opération des 2 tonnes de cocaïne avait été révélée grâce à des informations fournies par les services de renseignements américains, selon le site mauritanien Sahara Medias, très informé sur les questions de terrorisme et de trafic dans la zone du Sahara et du Sahel.
Parfaits connaisseurs des pistes à travers le désert, les trafiquants du Polisario, aidés par des complices mauritaniens, maliens et algériens, tentaient de faire passer cette quantité saisissante de drogue débarquée sur les côtes mauritaniennes en provenance d’Amérique Latine, d’après la même source, qui citait des officiels mauritaniens.
Les services de renseignements des Etats de la région ainsi que leurs homologues occidentaux, ont mis en place des brigades anti-drogue pour traquer ces filières, dont le trafic constitue une importante source de revenus pour les mouvements séparatistes aussi bien que pour les groupes terroristes d’AQMI, Ansar Dine, etc.

Advertisement

Sans commentaires.

Laisser une Réponse