Polisario – détournements : des députés français exigent des mesures

tindouf-aide-ramLa malédiction des détournements de l’aide humanitaire internationale destinée aux camps de Tindouf en Algérie, continue de poursuivre le Polisario et les responsables algériens qui ont versé dans ce trafic, avec la demande de parlementaires français de saisir la Commission européenne.

Plusieurs députés français ont demandé par écrit au ministre français des Affaires étrangères de saisir Bruxelles pour tirer au clair le scandale de ces détournements. En l’espace de dix ans, entre 1994 et 2004, l’UE « a octroyé une aide humanitaire d’une valeur de 105 millions d’euros aux populations vivant dans les camps de Tindouf », rappellent les parlementaires français dans leur lettre à Laurent Fabius.

Se basant sur les conclusions du rapport de l’OLAF, l’Office Anti-fraude de l’UE, la lettre dénonce le détournement à grande échelle d’une partie de cette aide humanitaire. Un « détournement systématique organisé par plusieurs dignitaires sahraouis, à l’aide de certaines autorités algériennes », selon les députés français.

Ce pillage de l’aide humanitaire internationale a été rendu possible par le biais de la surestimation de la population sahraouie placée sous le contrôle du Polisario, le mouvement soutenu par l’Algérie qui conteste au Maroc la souveraineté sur la région du Sahara occidental.

Partant de ce constat, les parlementaires français ont insisté sur « la nécessité pour la France d’appuyer toute initiative contraignant le Polisario et l’Algérie à permettre un recensement des populations des camps de Tindouf par le Haut-commissariat aux réfugiés, pour que cesse l’instrumentalisation de cette situation humanitaire à des fins politiques et pécuniaires, comme le demandent les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU ».

La réponse du chef de la diplomatie française ne s’est pas fait attendre. Pour Laurent Fabius « le recensement dans les camps de Tindouf est nécessaire », rappelant que le Parlement européen avait invité la Commission de Bruxelles à réévaluer l’aide de l’UE.

Advertisement

Sans commentaires.

Laisser une Réponse