CDH: La guerre des mots entre Rabat et Alger à Genève

cdhLe Maroc a qualifié de «disque rayé» l’apologie algérienne en faveur des droits humains au Sahara marocain et de l’autodétermination des Sahraouis séquestrés depuis 40 ans, comme monnaie d’échange, sur le sol algérien dans les camps de Tindouf.
Réagissant vendredi aux déclarations des diplomates algériens devant le CDH sur ces deux questions, l’ambassadeur représentant permanent du Maroc auprès de l’ONU à Genève, Omar Hilale a qualifié les plaidoiries algériennes de « tentative de diversion pour induire en erreur le Conseil des droits de l’Homme ».
«C’est un disque rayé dans le discours de l’Algérie », a affirmé le diplomate marocain, assurant que la diplomatie algérienne souffre d’une schizophrénie incurable en matière de droits de l’Homme. Les Algériens, a-t-il précisé, critiquent avec insistance la situation dans les pays voisins, au lieu de se préoccuper des graves violations sur leur propre territoire.
Le citoyen algérien n’a même pas le droit élémentaire de contester la candidature pour un quatrième mandat, d’un président malade, pratiquement paralysée depuis des mois dans son fauteuil roulant.
Sur les deux thématiques que l’Algérie a choisi de livrer bataille à son voisin marocain, relèvent les observateurs à Genève, le régime algérien est tombé dans le ridicule en voulant défendre l’autodétermination des sahraouis marocains alors qu’il a étouffé dans l’œuf les revendications des populations Kabyles, leur interdisant ce même droit à l’autodétermination. Les caciques du régime algérois, remarque la même source, prennent la défense des droits de l’homme partout ailleurs sauf en Algérie, où ils interdisent la moindre manifestation pacifique.
Les diplomates algériens ont assuré devant le CDH, vouloir protéger les droits de l’Homme partout dans le monde, mais aussi au Sahara occidental », oubliant de dire un seul mot sur ce qui se passe en Algérie.
Dans ces conditions l’Algérie, comme l’a souligné Hilale, n’est nullement habilitée à demander au CDH de suivre la situation des droits de l’Homme au Sahara marocain alors qu’elle demeure fermée aux mécanismes de ce même conseil.
La Ligue algérienne des droits de l’Homme elle-même, a vivement dénoncé la confiscation par les autorités d’Alger des passeports des défenseurs des droits de l’Homme algériens pour les empêcher de venir à Genève témoigner devant le CDH des violations et abus dans leur pays.

Advertisement

Une Réponse vers “CDH: La guerre des mots entre Rabat et Alger à Genève”

  1. Zzin

    Mar 26. 2014

    L’Algérie a creusé des tranchées comme s’elle était en guerre avec le Maroc pour contrôler le pétrole informel, prétexte officiel
    Mais, à partir l’objectif est de contrôler ce que doit passer comme contrebande des immigrés pour gêner et controverser les solutions entreprises par le Maroc.
    les cigarettes contre faces et Karkoubi passent sans visa .
    Les frontières sont fermées pour les activités à impact positif, les familles déchirées et non aux actes qui déstablisent ou ruinent la santé des marocains.
    Donc l’Algérie attaque l’Europe via le Maroc par les immigrés clandestins à qui elle favilite le passage des frontières, par les cigarettes et karkoubi qui détruisent la jeunesse parout dans le monde.

    Reply to this comment

Laisser une Réponse