Plan Autonomie

Site de présentation et d'information sur le plan d'autonomie marocain et sur le Sahara

Des sénateurs italiens ont appelé le gouvernement de leur pays à œuvrer au sein des instances internationales pour une solution politique du conflit du Sahara, en encourageant  »la volonté d’autonomie et non l’esprit séparatiste ».

senateurs-italiens-paIls ont soumis récemment au Sénat, une motion appelant le gouvernement de l’Italie, qui assure la présidence tournante de l’Union européenne (UE), à œuvrer au sein des instances internationales afin de trouver une solution politique à la question du Sahara en prenant en considération les efforts déployés jusqu’ici.
Ils ont plaidé pour des actions concertées de l’Italie avec les autres partenaires européens et les institutions communautaires, en faveur de toute initiative utile sur le plan diplomatique à même d’accélérer le processus de règlement de ce conflit en tenant en considération, la disponibilité du Royaume du Maroc.
Les signataires de la motion incitent le gouvernement italien à encourager  »la volonté d’autonomie » et non  »l’esprit séparatiste » que prône le Polisario à l’instigation du régime algérien et ce à la faveur d’une paix durable et fructueuse dans l’ensemble du pourtour de la Méditerranée, où le Maroc constitue un partenaire indispensable pour l’Italie.
Rappelant que le dossier du Sahara est entre les mains de l’ONU, les sénateurs italiens précisent que dans le cadre de la mise en application des résolutions et directives du Conseil de Sécurité, le Maroc a présenté une proposition qui consiste à octroyer le statut d’autonomie à la région du Sahara. Une telle démarche, expliquent-ils, permettra à la population locale de gérer de manière autonome son administration, son budget et son économie tout en partageant certaines prérogatives avec le pouvoir central, comme c’est le cas dans toutes les démocraties parlementaires modernes.

A travers leur motion, les sénateurs italiens attendent de leur pays qui assure la présidence tournante de l’UE, de jouer un rôle efficient pour faire avancer le processus de règlement du conflit du Sahara, dont le poids pèse négativement sur les relations entre l’Union européenne et l’ensemble des pays du pourtour de la Méditerranée.

 

Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.