Plan Autonomie

Site de présentation et d'information sur le plan d'autonomie marocain et sur le Sahara

Il y a des signes qui ne trompent pas. Comme cette famille sahraouie des camps de Tindouf, revenue au Maroc dans le cadre du programme d’échange de visites entre familles sahraouies, et qui a refusé de retourner dans les camps du Polisario en Algérie.
Beiba Ould Nafea a choisi, avec les autres membres de sa famille, de tourner le dos aux camps de Tindouf placés sous le contrôle implacable du Polisario et du DRS algérien, et de rester définitivement au Maroc. L’argument de cet ancien militaire dans les rangs du Polisario, est que la question du Sahara occidental fait l’objet d’un insidieux complot généreusement « financé par Alger ». Selon les déclarations de membres de la famille Ould Nafea, l’opposition d’Alger à toute solution politique négociée par Polisario interposé, n’a pas pour objectif de défendre la cause sahraouie, mais uniquement de servir l’agenda hégémonique d’Alger dans la région. Le soutien militaire, financier et diplomatique au Polisario et la manipulation d’éléments indépendantistes dans la région du Sahara occidental, sont les instruments de cette énorme machination. L’étouffement des voix sahraouies dissonantes, qui s’opposent dans les camps de Tindouf à la ligne du Polisario, en est la parfaite illustration. Le  mouvement Khat Achahid et les membres de la Jeunesse Révolutionnaire Sahraouie (JRS) continuent de subir une répression impitoyable de la part du Polisario, sous l’œil approbateur du DRS algérien. De son côté, le dissident Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud continue de subir l’épreuve du bannissement, simplement pour avoir apporté son soutien public au  plan marocain d’autonomie au Sahara occidental.

Jusqu’à l’artiste Najem Allal, devenu très populaire dans les camps de Tindouf pour ses chansons qui tournent en dérision les apparatchiks du Polisario. Il continue pourtant d’être systématiquement réprimé. L’artiste avait reçu les assurances qu’il rencontrera l’américaine Kerry Kennedy, la présidente de la Fondation Robert F Kennedy, durant sa visite à Tindouf. Il a finalement été ignoré avec le plus grand mépris.

Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.