Plan Autonomie

Site de présentation et d'information sur le plan d'autonomie marocain et sur le Sahara

Les récents articles publiés coup sur coup par The Washington Post et The Economist Intelligence Unit sur le conflit du Sahara occidental, rappellent une fois encore la pertinence du plan d’autonomie dans une région menacée par la déstabilisation et les mouvements terroristes. Le quotidien à grand tirage de la capitale fédérale américaine tire ainsi la sonnette d’alarme sur les velléités de création d’un « Etat non-viable » au Sahara occidental. Surtout que toute la région vit sous la menace de l’instabilité et de la prolifération des groupes terroristes et rebelles. La scission proclamée récemment dans le nord du Mali, où les rebelles Touaregs alliés à des groupes islamistes, ont annoncé la création d’un Etat indépendant, donne toute la mesure du danger qui guette la région sahélo-saharienne dans son ensemble.

Cette menace s’est démultipliée depuis la chute de Kadhafi, donnant lieu à une incontrôlable circulation d’armes dans la région. Les armes sophistiquées tombées entre les mains des groupes d’Aqmi encouragent les jihadistes et les rebelles à multiplier les prises d’otages d’occidentaux et à financer leurs activités de déstabilisation régionale par les rançons qu’ils tirent de ces rapts. Aussi, la création d’un Etat faible et incapable d’assurer sa propre sécurité au Sahara occidental serait-il tout simplement suicidaire. C’est dans ce sens qu’intervient le rapport du mois d’avril, publié par The Economist Intelligence Unit. Le prestigieux centre de réflexion britannique relève le bien-fondé de la proposition marocaine d’autonomie pour le règlement de la question du Sahara occidental. D’autant que ce projet a reçu un large soutien international, Washington et Paris notamment estiment que ce plan constitue la seule proposition « réaliste et crédible » pour un règlement équitable de ce conflit régional.

 

Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.