Plan Autonomie

Site de présentation et d'information sur le plan d'autonomie marocain et sur le Sahara

L’approbation des accords agricole et de la pêche avec le Maroc par plusieurs commissions parlementaires de l’Union européenne (UE) a fait foirer toutes les manœuvres et les vaines tentatives du Front Polisario et de ses lobbyistes européens de saborder le partenariat maroco-européen.

Lundi dernier, les commissions du commerce international (INTA) et des budgets au Parlement européen ont été les dernières en date à passer à l’acte en adoptant à une large majorité, respectivement les projets d’accords agricole et de la pêche.

Ce vote intervient trois semaines seulement après l’adoption de l’accord agricole par  la Commission des affaires étrangères par 44 voix pour contre 17, au grand dam du Polisario et de ses soutiens européens notamment les eurodéputés Verts et de la gauche ainsi que le parti d’extrême-gauche espagnol Podemos.

Ces eurodéputés se sont même retirés de la séance de vote du lundi 10 décembre, en guise de protestation contre une supposée «collision» de l’eurodéputée française Patricia Lalonde avec le Maroc.

Ils reprochent à Lalonde d’avoir conclu, en sa qualité de rapporteur de ladite commission, que les accords commerciaux avec le Maroc bénéficient à la population du Sahara occidental, dans un rapport publié au terme d’une mission effectuée par des membres de l’INTA les 3 et 4 septembre, à Laâyoune et Dakhla.

De son côté, Podemos qui ne cache pas son hostilité au Maroc et à ses intérêts, a demandé dans une lettre adressée le 7 décembre au président du Parlement européen, de retirer à Patricia Lalonde la responsabilité de rédiger le rapport de mission, arguant que celle-ci n’a pas informé le PE qu’elle siège au conseil d’administration d’une fondation proche du Maroc.

Lalonde a été ainsi contrainte, selon le site EUobserver, de présenter sa démission quelques heures seulement avant le vote du 10 décembre.

Malgré cet incident de parcours, une majorité des membres de la Commission du Commerce International s’est prononcée en faveur de l’accord agricole Maroc-UE à l’instar de la Commission des budgets qui leur a emboîté le pas en validant l’autre accord de pêche.

Le dernier mot revient au Parlement européen qui doit se prononcer à ce sujet au début de l’année 2019, mais en attendant la proposition marocaine d’autonomie tient bon aux Nations Unies.

 

Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.