Plan Autonomie

Site de présentation et d'information sur le plan d'autonomie marocain et sur le Sahara

Le Conseil de sécurité tiendra demain mercredi, sa session dédiée au dossier du Sahara Occidental qui était initialement programmée pour lundi 29 octobre et devrait permettre aux quinze membres du Conseil de se prononcer sur la prorogation du mandat de la mission de l’ONU au Sahara «MINURSO».

Le report de dernière minute, s’explique par la volonté d’aplanir les divergences entre les Etats-Unis qui plaident pour un nouveau mandat de six mois et la France qui appuie l’option d’un an déjà proposée par le Secrétaire Général des Nations Unies Antonio Guterres.

Sous l’impulsion de John Bolton, Washington cherche à limiter ce mandat à six mois comme lors de la précédente session du Conseil de Sécurité, pour inciter les parties au conflit (Maroc, Algérie, Mauritanie et Polisario) à faire des avancées dans le processus de règlement politique du conflit du Sahara.

En revanche le patron portugais de l’ONU, Antonio Guterres soutenu sans réserve par la diplomatie française, préfère un mandat d’un an pour donner à son envoyé personnel pour le Sahara, Horst Köhler suffisamment de temps pour réunir les quatre protagonistes, les 4 et 5 décembre à Genève, et de les inciter à faire des pas concrets dans le processus de règlement de l’ONU.

«Je recommande au Conseil de sécurité d’étendre d’un an le mandat de la Minurso, jusqu’au 31 octobre 2019, afin de donner à mon émissaire l’espace et le temps nécessaires à la création de conditions permettant au processus politique d’avancer», a souhaité le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres dans son dernier rapport sur le Sahara soumis début octobre, au Conseil de sécurité.

Hormis les Etats-Unis, les autres membres du «Club des amis du Sahara occidental» et la Chine appuient tous l’option d’un mandat d’une année, comme proposé par le S.G de l’ONU dans son rapport.

Dans les coulisses des Nations Unies, on ne cache pas que le Plan d’autonomie marocain qualifié à maintes reprises de «sérieux et crédible» par le Conseil de Sécurité, pèsera de tout son poids sur le contenu de la nouvelle résolution devant être adoptée ce mercredi.

 

Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.