Plan Autonomie

Site de présentation et d'information sur le plan d'autonomie marocain et sur le Sahara

L’union européenne est décidée à reconduire en 2018, l’actuel accord de pêche avec le Maroc qui est entré en vigueur en 2014, une nouvelle qui a fait trépider la direction du Polisario.

Bruxelles a pris cette décision sur la base du récent rapport « d’évaluation rétrospective et prospective du protocole à l’accord de partenariat dans le domaine de la pêche durable entre l’Union européenne et le Royaume du Maroc ».

Dans ses conclusions, la direction des affaires maritimes et de la pêche relevant de la Commission européenne (CE) préconise le renouvellement de l’accord de pêche Maroc-UE, estimant qu’il représente « un instrument de coopération approfondie avec le Maroc, fortement impliqué dans la coopération Sud-Sud ».

Dans ce rapport qui a été soumis au parlement européen avant sa publication en janvier 2018, la Commission européenne estime en effet que l’accord de pêche permet à l’UE de réaliser un retour sur investissement tout en contribuant au développement du secteur halieutique au Maroc.

Selon Bruxelles, chaque euro investi dans le secteur halieutique au Maroc permet un retour sur investissement de 2,78 euros contre 0,65 euro en 2010.

Selon la direction des affaires maritimes européenne relevant de la CE, l’accord s’est révélé « efficace dans l’atteinte de son objectif de durabilité de l’exploitation », précisant que 75% des impacts socio-économiques bénéficient aux régions de Dakhla-Oued-Eddahab et de Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra. Selon la même source,  66% de l’enveloppe consacrée à l’appui sectoriel, soit environ 37 millions d’euros, ont bénéficié à ces mêmes régions.

Faisant fi de cette réalité, les dirigeants du Polisario n’ont pas tardé à mener campagne contre la décision du renouvellement par l’UE de son accord de pêche avec le Royaume.

Ils continuent en même temps à dénoncer l’exploitation des ressources halieutiques du Sahara Occidental par le Maroc dans une vaine tentative de dissuader les Européens à importer les produits halieutiques issus des zones maritimes limitrophes du Sahara Occidental.

Mais l’UE s’était déjà prononcée en 2016 sur le fait que la situation de conflit au Sahara occidental n’empêchait pas des exportations de produits depuis la région, si les retombées économiques de cette activité bénéficiaient à la population locale.

 

Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.