Le médiateur de l’ONU pour le Sahara se dit « encouragé » par les débuts de mission

Le nouvel émissaire du Secrétaire général de l’ONU pour le Sahara, Horst Köhler qui a succédé au diplomate américain Christopher Ross, a affiché ce mercredi à New-York, un certain optimiste sur la base des résultats de sa première mission en Afrique du Nord.

A l’issue de son premier briefing tenu mercredi, devant le Conseil de sécurité, qu’il a informé de ses consultations avec les parties concernées lors de sa tournée à la mi-octobre dans la région, Köhler a déclaré être «encouragé» par les échanges avec les membres du Conseil de sécurité.

Cependant, peu de détails ont filtré dans les coulisses de l’ONU, sur le contenu du briefing de Köhler au terme de sa mission dans la région, qui intervient dans le sillage de la décision du S.G de l’ONU, Antonio Guterres, d’imprimer aux négociations sur le Sahara, «une nouvelle dynamique et un nouvel esprit».

La nouvelle dynamique voulue par Guterres pour le règlement politique définitif du dossier du Sahara marocain, semble être appuyée et appréciée par l’ensemble des parties prenantes et des intervenants dans ce litige territorial.

Les membres du Conseil de sécurité ont salué la récente visite effectuée dans la région par l’Envoyé personnel du S.G de l’ONU, estimant que cette tournée est de nature à insuffler une «nouvelle dynamique» nécessaire pour faire avancer le processus de règlement politique, a déclaré le président du Conseil pour le mois de novembre, l’ambassadeur d’Italie, Sebastiano Cardi.

C’est aussi le cas du Roi du Maroc Mohammed VI qui avait affirmé dans son dernier discours du 6 novembre, que le Maroc maintenait l’engagement qu’il a fait d’adhérer à la dynamique actuelle voulue par Antonio Guterres, et à coopérer avec son Envoyé Personnel, Horst Köhler, «tant que seront respectés les principes et les fondamentaux de la position marocaine».

Cela n’a pas empêché néanmoins, le souverain marocain de prévenir qu’«aucun règlement de l’affaire du Sahara n’est possible en dehors de la souveraineté pleine et entière du Maroc sur son Sahara, et en dehors de l’Initiative d’autonomie, dont la communauté internationale a reconnu le sérieux et la crédibilité».

Les Marocains espèrent que ce message a été bien capté par le nouveau médiateur de l’ONU dans le conflit artificiellement crée par les régimes algérien et libyen autour du Sahara marocain. Le diplomate allemand Köhler est vivement appelé à éviter les impairs diplomatiques commis par son prédécesseur américain, Christopher Ross et son patron, le sud-coréen Ban Ki-Moon.

 

Advertisement

Sans commentaires.

Laisser une Réponse