Sahara-ONU: Le Conseil de Sécurité obtient le retrait du Polisario de Guerguerat

Le Conseil de sécurité (CS) des Nations Unies a prorogé ce vendredi, le mandat de la MINURSO jusqu’au 30 avril 2018 après avoir obligé le Polisario à retirer ses miliciens armés de la zone tampon mitoyenne du poste frontière marocain de Guerguerat.

Par ailleurs, dans sa résolution 2351, adoptée à l’unanimité de ses quinze membres, l’organe exécutif de l’ONU «prend note de la proposition marocaine présentée, le 11 avril 2007, au Secrétaire général et salue les efforts sérieux et crédibles déployés par le Maroc pour aller de l’avant dans le processus visant un règlement du conflit du Sahara”.

Le Maroc a été ainsi conforté dans sa position par la remise sur la table des futurs pourparlers de son plan d’autonomie pour le Sahara comme une solution sérieuse et crédible « permettant aux populations du Sahara de vivre dans la dignité », comme l’a souligné Nikki Haley, la représentante permanente des Etats-Unis auprès de l’ONU.

Le Conseil a d’autre part, réitéré son appel “aux parties et aux Etats du voisinage de coopérer plus pleinement avec les Nations Unies et les uns avec les autres et de consolider leur engagement afin de mettre fin à l’impasse actuelle et réaliser des progrès vers une solution politique” et de contribuer de la sorte, «à la stabilité et à la sécurité dans la région du Sahel».
Si du côté du Polisario c’est le silence radio au sujet de la nouvelle résolution, c’est son porte-voix habituel l’agence de presse officielle algérienne «APS» qui s’est chargée d’annoncer que «le Front Polisario a décidé vendredi le redéploiement des éléments de ses forces armées dans la zone tampon d’El Guerguerat, en réponse à l’appel de plusieurs pays amis». Et l’agence de préciser que «la partie sahraouie a informé le Conseil de sécurité de sa décision dans une lettre adressée à sa présidente, l’américaine Nikki Haley».

Mais ladite agence n’a parlé que d’un «redéploiement» et non d’un retrait ce qui a fait réagir la représentation permanente du Maroc auprès de l’ONU qui a adressé une lettre au CS, attirant son attention sur le fait qu’un «redéploiement» ne constitue pas un retrait.

Aussitôt après, le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric a assuré qu’il s’agit bel et bien d’un « retrait » du Polisario de Guerguerat et non d’un simple redéploiement dont parle l’APS dans une humiliante tentative d’atténuer l’ampleur de la défaite de la diplomatie algérienne et de ses protégés au sein du Polisario.
Cette défaite est aggravée par la demande renouvelée du Conseil de Sécurité, appelant à l”’enregistrement” des populations dans les camps de Tindouf, en insistant «pour que des efforts soient réalisés à cet égard”, une opération que réclame depuis longtemps le Maroc, mais qui a été toujours rejetée par le Polisario et l’Algérie pays hôte.

 

Advertisement

Sans commentaires.

Laisser une Réponse