Les Sahraouis Boycottent les appels du Polisario à la reprise des armes

Les habitants des provinces sud du Maroc ont fait la sourde oreille aux incitations du Polisario et de ses mentors algériens, appelant à la reprise des armes, dans une désespérante tentative d’attiser la tension au Sahara Occidental après leurs cinglants échecs diplomatiques aux Nations Unies, en Europe et tout récemment en Afrique, rapporte lundi le site électronique «Tamurt» de la Kabylie algérienne.

Ce que la presse algérienne refuse de rapporter, commente le site kabyle, c’est le refus des habitants du sud du Maroc de prendre les armes, comme le souhaite le Polisario. Cette organisation paramilitaire, financée et dirigée par Alger, rappelle le site «Tamurt», a usé de toutes ses forces pour appeler les populations Sahraouies de prendre les armes, mais en vain, même les affidés du Polisario, autrement dit les séparatistes de l’intérieur, lui ont tourné le dos.

Un des Sahraouis des camps de Tindouf a confié au site «Tamurt» qu’«on ne peut pas vivre éternellement dans cette situation. Nous ne sommes pas des réfugiés, mais des otages du régime d’Alger. Un réfugié a le droit de travailler et de vivre comme les autres citoyens du pays qui le protège, pas enfermé dans des camps. Si on prend les armes, ça sera contre le Polisario».

«On veut qu’on nous libère et qu’on nous laisse rentrer chez nous. On est Marocains et on veut le rester. Depuis 45 ans on est otages de ce Polisario qui est un appareil militaire de l’Algérie», a martelé ce dissident sahraoui.

Les appels du Polisario à un soulèvement armé au Sahara Occidental, ont été complètement boycottés par les habitants de la région, où la situation s’est nettement calmée depuis le dernier passage de Christopher Ross, l’envoyé spécial de Ban Ki-Moon, l’ex-secrétaire général de l’ONU.

Considéré par Rabat comme persona non grata pour sa partialité dans ce conflit territorial algéro-marocain, Christopher Ross n’a plus posé les pieds depuis 2012, au Sahara Occidental, où les séparatistes affidés au Polisario, avaient pris l’habitude de profiter de la présence du médiateur onusien pour embraser la région.

De nombreux observateurs et diplomates occidentaux qui prennent pour preuves le taux élevé de participation des Sahraouis aux dernières législatives marocaines, assurent que la majorité des habitants des provinces sud, sont favorables à l’autonomie que le Maroc propose comme solution pour le règlement définitif de ce conflit artificiel autour du Sahara.

 

Advertisement

Sans commentaires.

Laisser une Réponse