Un Think Tank recommande à l’équipe de Trump la voie à suivre dans l’affaire du Sahara

Le célèbre Think Tank américain «The Washington Institute for Near East Policy» a publié dernièrement un rapport, dont il a adressé une copie à l’administration Trump, et dans lequel, il conseille à la Maison Blanche, les voies à suivre, pour préserver les intérêts des Etats-Unis en Afrique du Nord.

Ledit rapport relève les risques de déstabilisation qui pèsent sur la région maghrébine dans le cas d’un conflit armée autour du Sahara marocain et s’attarde sur la percée diplomatique et économique qu’opère le Maroc  dans le continent noir dans le sillage de son retour au sein de l’Union Africaine (UA).

Dans ce rapport, intitulé «Strengthening stability in northwest africa – Ideas for U.S. Policy toward Morocco, Algeria, and Tunisia»  et rédigé par les deux experts américains, Robert Satloff et Sarah Feuer, The Washington Institute a formulé des recommandations aux nouveaux locataires de la Maison Blanche, sur la ligne diplomatique à suivre dans l’affaire du Sahara et les interactions entre l’émergence du Maroc en Afrique et les intérêts des USA.

Les auteurs du rapport, estiment qu’après le passage du printemps arabe, les trois pays du Maghreb, le Maroc, l’Algérie et la Tunisie demeurent à la merci des imprévus, qui peuvent à tout moment provoquer de grandes déstabilisations, en raison des menaces terroristes, des effets du chaos libyen et des sérieuses difficultés socio-économiques que connaissent certains de ces pays.

Devant cet état de fragilité, The Washington Institute met en garde l’administration Trump contre les risques de déstabilisation de la région et lui conseille d’œuvrer par tous les moyens et de peser de tout son poids, pour empêcher un éventuel conflit armée entre le Maroc et l’Algérie et son proxy, le Polisario autour du Sahara marocain.

Evoquant par ailleurs le retour du Maroc à l’UA et son émergence en tant que nouvelle grande puissance africaine, The Washington Institute invite à ce titre, l’administration Trump à faire en sorte que ce ‘Neo-Leadership’ marocain en Afrique, profite aux intérêts économiques américains et particulièrement aux multinationales US.

Les Etats-Unis, suggèrent encore les auteurs du rapport, devraient faire du Royaume, une plateforme économique, industrielle, financière et logistique, vers les marchés africains, et encourager les initiatives marocaines sur le continent, dans les domaines de la coopération sécuritaire et de la lutte contre le terrorisme et le radicalisme religieux.

Advertisement

Sans commentaires.

Laisser une Réponse