Le chef du Polisario accuse les pourvoyeurs d’aide «d’affamer les réfugiés» de Tindouf

Le chef du Polisario, Brahim Ghali, s’insurge contre « les tentatives de certaines instances internationales et de certains pays donateurs de réduire les aides humanitaires à la population de Tindouf », dénonçant une « guerre visant à affamer les réfugiés » et à «saper» leur résistance.

Sur un ton menaçant, le chef du Polisario a lancé mardi 24 janvier, un appel à la communauté internationale et à l’ONU, les invitant «à intensifier les aides humanitaires destinées aux réfugiés sahraouis dans les camps » de Tindouf.

Dans une déclaration à l’Agence de presse algérienne (APS), largement reprise par les médias du Polisario et algériens, Brahim Ghali affirme que « certaines instances internationales et certains pays tentent de réduire ces aides (…) en cette conjoncture précise » avec pour objectif, précise-t-il, « de faire pression sur le peuple sahraoui et de saper sa résistance ».

Pour nombre d’observateurs, c’est une drôle façon du chef du Polisario, de quémander de l’aide humanitaire, comme si ces donateurs (pays et ONG) étaient obligés de puiser dans l’argent de leurs contribuables, pour satisfaire les requêtes et les caprices de Ghali et ses hommes.

Le chef du Polisario, relèvent les observateurs, semble avoir la mémoire courte en oubliant que de nombreux donateurs ont fermé le robinet de leurs aides humanitaires parce qu’elles sont massivement détournées par les hommes influents du Front à Tindouf et par certains responsables civils et militaires algériens.

L‘Office européen de lutte antifraude (OLAF) avait publié en janvier 2015, un rapport accablant qui en dit long sur ces détournements à grande échelle, en révélant preuves à l’appui, des détails sur les auteurs, les montants, les dates et les lieux de ces détournements.

Les mêmes observateurs estiment que le nouveau chef du Front Polisario, au lieu de recourir à des propos menaçants pour demander de nouvelles aides, il aurait dû d’abord demander des comptes aux auteurs de ces détournements et de les traduire, s’il le faut, devant la justice pour couper le mal à la racine.

Même l’Algérie, principal soutien du Polisario, a été obligée suite à la chute de ses recette pétrolières, de réduire au minimum, son aide alimentaire aux populations séquestrées à Tindouf, que le régime d’Alger maintient de force sur son territoire, tant qu’elles continuent à servir ses intérêts géostratégiques et constituent un moyen de chantage contre le voisin marocain.

 

Advertisement

Une Réponse vers “Le chef du Polisario accuse les pourvoyeurs d’aide «d’affamer les réfugiés» de Tindouf”

  1. Ghali

    Jan 28. 2017

    Je suis algérien mais vive le Maroc et sa sagesse regarde Alger à le même sisteme des Anne 70 Algérie essayer de voir l opinion international vous les faites vomir avec votre soutien du polikra de terroristes et je vois qu un polikra vaut 15 algériens mais oublie tu Bouteflika tu es marocaine ta oublier tes origine

    Reply to this comment

Laisser une Réponse