Nouakchott complice d’un jeu à haut risque des miliciens du Polisario 

nouakchoutLes dirigeants mauritaniens boudés depuis un bon bout de temps par le Maroc, ont tout l’air de fermer les yeux sur les agissements miliciens armés du Polisario qui circulent sans s’inquiéter en territoire mauritanien et remontent jusqu’à la localité démilitarisée de Lagouira à l’extrême nord-ouest du pays.

Des sources bien informées dans la région parlent d’une incitation à peine voilée, des autorités de Nouakchott par le régime d’Alger qui est de plus en plus fortement embarrassé par le lourd fardeau consécutif à la longue présence sur son territoire, de milliers de Sahraouis, dont il ne sait plus quoi faire en l’absence d’un règlement définitif du dossier du Sahara Occidental au niveau de l’ONU.

Les hauts dirigeants mauritaniens civils et militaires, précisent les mêmes sources, sont très sollicités ces temps-ci par leurs homologues algériens pour contrecarrer l’offensive diplomatique marocaine en Afrique d’une part et pour faciliter d’autre part, la tâche aux hommes de Brahim Ghali. Ces derniers ayant perdu tout espoir de voir se concrétiser leur revendication d’un référendum d’autodétermination, sont vraisemblablement conseillés et encouragés par les généraux algériens, de pousser à fond l’escalade dans la région pour faire pression sur la communauté internationale et à sa tête l’ONU, et les forcer à débloquer le processus de règlement.

C’est dans ce contexte, que le 4 décembre dernier, des médias du Polisario avaient publié une photo que Brahim Ghali et d’un groupe de ses miliciens en tenue militaire, et qui est supposée avoir été prise sur une plage de Lagouira, une localité située en zone tampon mais administrée par l’armée mauritanienne.

Jusqu’à cette date, l’armée marocaine n’a pas réagi aux provocations des miliciens sahraouis qui se trouvent à quelques encablure de leur positionnement pour la simple raison que le Maroc avait promis à l’ONU de faire preuve de retenue, dans le sillage de la crise née au début de l’opération d’asphaltage d’un tronçon de route de 3,8 KM conduisant poste frontière marocain de Guergarate reliant le Maroc et la Mauritanie.

Mais les agissements du Polisario en complicité avec les dirigeants algériens et la complaisance des Mauritaniens, estiment les mêmes sources, risquent d’avoir des conséquences très fâcheuses sur la sécurité et la stabilité de l’ensemble de la région et aucun des trois pays n’est  épargné par cette dangereuse escalade.

Advertisement

Sans commentaires.

Laisser une Réponse