Sahara : Ban Ki-Moon va-t-il réussir là où son envoyé Christopher Ross a échoué ?

ban-ki-moonLe médiateur de l’ONU pour le Sahara, Christopher Ross a confirmé lundi que le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-Moon, compte se rendre prochainement dans la région du Maghreb Arabe pour tenter de relancer les négociations en vue du règlement du vieux conflit du Sahara Occidental.

« Ban Ki-Moon souhaite visiter la région au cours des prochains mois, afin d’apporter lui-même une contribution à la recherche d’une solution à ce conflit qui a duré trop longtemps », a déclaré son envoyé personnel pour le Sahara, Christopher Ross, actuellement en visite en Algérie.

Ross, a entamé lundi une visite à Alger, première étape d’une nouvelle tournée qui doit le conduire dans les camps de Tindouf, à Rabat et en Mauritanie.

Le médiateur onusien est retourné pour la troisième fois dans la région depuis le début de cette année, avec pour mission de relancer les négociations entre les parties au conflit, le Maroc, l’Algérie et le Front Polisario et de préparer la visite de son patron dans la région.

Les derniers pourparlers informels entre le Maroc et le Front Polisario, remontent à mars 2012 à Manhasset aux Etats-Unis. Depuis cette date, le processus de règlement onusien se trouve dans l’impasse, malgré les nombreuses navettes diplomatiques que Ross a effectuées dans la région. Le dossier n’a pas avancé d’un iota. Si le Maroc a fait preuve de souplesse à travers de nombreuses concessions dont la dernière en date, est la proposition d’une large autonomie pour la partie contestée de son Sahara, en revanche, le Polisario, encouragé et soutenu par le régime d’Alger, est restée figé dans son position initiale. Il continue à revendiquer un référendum d’autodétermination qui même aux yeux de l’ONU et de plusieurs membres permanents du Conseil de sécurité n’est pratiquement pas faisable vue la morphologie des habitants du Sahara Occidental, qui repose sur une organisation tribale et dont la majorité étaient ou sont encore des nomades.

C’est en raison de cette impasse et des difficultés insurmontables qu’a rencontrées l’ancien ambassadeur des Etats Unis en Algérie, Christopher Ross, ne serait-ce que de réunir les belligérants autour de la même table, que le patron de l’ONU a décidé de faire le déplacement en personne, dans la région, pour tenter à son tour, de faire mieux que son envoyé personnel. Toute la question qui taraude l’esprit des observateurs, est de savoir si Ban va-t-il réussir là où son envoyé personnel a échoué ?

Advertisement

Sans commentaires.

Laisser une Réponse