Algérie – Sahara occidental : le pavé dans la mare d’un ex-ministre

boukrouL’ancien ministre algérien du Commerce Noureddine Boukrouh, a jeté un pavé dans la mare en Algérie, en révélant les milliards de dollars consacrés par le gouvernement au soutien du Polisario dans sa lutte contre le Maroc pour l’indépendance du Sahara occidental.

« Combien nous coûtent cette cause et ce problème qui dure ? », s’est ironiquement interrogé Noureddine Boukrouh dans un rare moment de franchise de la part d’un responsable algérien sur la question du Sahara occidental. La sortie de Boukrouh, également ancien président du Parti du renouveau algérien (PRA), a aussitôt fait réagir les hauts gradés du DRS. Relayant le message, les journaux proches des services de renseignements militaires algériens, ont descendu en flamme l’ancien ministre indélicat.

Certains titres proches du DRS, le département qui a l’exclusivité du traitement des affaires concernant le Polisario et les camps de Tindouf, ont qualifié Noureddine Boukrouh de tous les noms d’oiseaux. Il est vrai que l’ancien responsable algérien a touché à un sujet sensible, quasiment tabou en Algérie.

En s’interrogeant en direction des algériens « A-t-on les moyens de continuer à prendre en charge cette question ? », l’ex-ministre du commerce a piqué au vif le DRS, dont les journaux affidés ont clairement suggéré que Boukrouh était atteint de la maladie d’Alzheimer.

«Ce n’est pas normal ce qui se passe dans le pays, c’est de la folie tout simplement», a renchéri l’ancien responsable, enfonçant le pouvoir algérien et la toute puissante institution militaire qui ont fait de l’affaire du Sahara occidental la cause première de l’Algérie.

Une obstination inexplicable qui impose à l’Algérie de consacrer, depuis 40 ans, des milliards de dollars en aide militaire, diplomatique et médiatique au Polisario. L’objectif est clairment de contrecarrer le règlement de ce conflit régional et d’entraver la mise en œuvre du plan d’autonomie proposé par le Maroc pour éviter une déstabilisation au Maghreb.

Advertisement

Une Réponse vers “Algérie – Sahara occidental : le pavé dans la mare d’un ex-ministre”

  1. Zzin

    Jun 10. 2015

    Le Maroc et l’Algérie c’est une longue histoire commune , une géographie presque identique, du socio-politique et économique qui se complémentent et s’entraident depuis toujours =Mourir pour le Maroc ou pour l’Algérie est un honneur pour les 2 peuples frères.
    Mais, l’après colonisation a pu faire ce que la colonisation n’a pas pu obtenir durant les années de la colonisations pour l’Algérie et de protectorat et colonisation français et espagnoles concernant le Maroc.
    La haine et la méfiance que certains responsables algériens ont vis à vis du Maroc n’ont d’égale que dans le comportement de certains ONG et personnalités occidentales qui veulent punir le Maroc de son soutient sans conditions ni limitentes à ses frères et soeurs algériennes et tout sage se demande sur le traité de l’indépendance de l’Algérie qui amené à marginaliser le gouvernement de transition , les leaders de l’Algérie (au nom des leaders indépendants je ne laisserai jamais tombé mon voisin, mots répétés par tous les marocains)m ) et à prendre le Maroc et son roi comme des ennemis et gardaient les terres frontières marocaines et aussi tunisiennes comme un héritage légitime .
    Espérant qu’un jour les révélations concernant cette haine sans fondement contre le Maroc sa stabilité et son unité territoriale s’affichent comme il est le cas pour ceux qui ont voler aux marocains l’honneur d’organiser les jeux depuis 1994.
    Le feu Hassan II a lutté pour que ces jeux passent aussi en Afrique et mais l’Afrique de Sud pour ne pas dire Mandella ont récolté ce qui les autres ont pris la peine de semer.
    Mais ce n’est pas l’organisation qui a été volé aux marocains mais aussi le feu Mandela a trouvé un prétexte pour s’opposer au Maroc dans le conflit crée par l’Algérie.Le soutient sans limite de l’Algérie a été le contre partie.
    Jusqu’à présent les responsables sud africains soutiennent la cause du peuple sahraouis, mais le vrai peuple sahraoui est dans son sahara marocaine et les otages( la mine d’or à exploter sur tous les plans par des responsables africains non responsables non citoyens car ces derniers n(ont pas soulevé leur voie pour éclaircir le sort des aides détournées , demandé le recensement de ces otages et leur carte de réfugie pour vivre avec dignité et mourir aussi
    L’Argent sans limites dépensé par l’Algérie pour contrarier le Maroc sert à déstabiliser le Maroc mais aussi appauvrir l’Algérie
    donc des responsables qui ne veulent pas que la paix et le développement durable règnent en Algérie et dans tous les pays voisins de Mali, Mauritanie, Tunisie , Niger ne peuvent pas développer un autre sentiment que de la haine pour le Maroc.
    La haine est un outil auto destructif et Dieu n’oublie pas de récompenser tout pharaon pour les malheurs qui a causé aux autres mais retarde.
    Les pays restent mais des responsables incrédibles passent et laissent un mauvais souvenir sur place.

    Le budjet qui a été réservé au polisario dans les lois de finance algérienne n’a pas été dépensé pour aider les sahraouis otages à tindouf pour améliorer leur condition de vie dans les camps de honte mais a été partagé par les gens et ONG qui se considérent comme des défendeurs de droit des hommes , ce budget a ai le même sort que les aides internationales .
    Ces aides qui ont présenté un gisement plus renbtable que les puits des pétroles et de gaz .
    Les opprtunistes algériens , polisariens et internationaux n’ont pas pris en compte l’épuisement des carburants algériens et les problémes qui se posent pour le finance algérien en général, la prise en connaissance par les occidentaux des détournements des aides et aussi de gonflement de nombres de dit refugies et qui se sont utiliser pour faire pression sur le Maroc et d’autres pays.
    Il y’a des personnes qui ne peuvent vivre que dans la pollution et en exploitant les autres pour faire fortune.
    Jusqu’à quand?

    Reply to this comment

Laisser une Réponse