Sahara Occidental : Christopher Ross retourne à Tindouf pour du concret

ross-sahara-occL’Envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara occidental, Christopher Ross effectue depuis lundi, une visite de trois jours dans les camps de Tindouf, où il compte obtenir des propositions concrètes pour compléter son rapport.

Selon l’adjoint du porte-parole du SG de l’Onu, Farhan Haq, le médiateur de l’ONU devrait se rendre également à Nouakchott, à Rabat et à Alger à l’occasion de son nouveau déplacement du 22 au 29 mars dans la région, avant de s’envoler à destination de Londres et puis Moscou, deux pays membres du « Groupe des Amis du Sahara Occidental ».

Selon les médias proches du Front Polisario, Christopher Ross est de retour dans la région pour « préparer un nouveau round de négociations entre le Front Polisario et le Maroc ».

Cependant des sources diplomatiques précisent que Ross est parfaitement conscient que les négociations qui sont au point mort depuis sa nomination à son poste actuel en 2009, ne peuvent avancer que si les parties directement concernées par le conflit du Sahara Occidental à savoir le Maroc et l’Algérie, décident de faire des concessions.

Si le Maroc a lâché beaucoup de lest en allant jusqu’à proposer une large autonomie pour la partie contestée de son territoire, commentent des diplomates occidentaux accrédités auprès de l’ONU à New-York, le Polisario continue avec un appui inconditionnel des autorités d’Alger, à revendiquer l’organisation d’un référendum d’autodétermination. Pourtant cette option a buté, il y a longtemps, contre un obstacle de taille, à savoir la difficulté d’identification des personnes originaires du Sahara Occidental et qui seront habilitées à participer au référendum.

Les mêmes sources expliquent que suite à ses derniers contacts avec les belligérants et les autres pays concernés qui s’étaient avérés peu fructueux, Christopher Ross était obligé de faire en moins de deux mois, un second déplacement dans la région, parce qu’il est pressé de compléter le rapport qu’il doit remettre à son patron, Ban Ki-Moon, que ce dernier doit soumettre au Conseil de Sécurité à l’occasion de sa prochaine réunion programmée pour fin avril, pour le réexamen du dossier.

Pour débloquer la situation, le médiateur onusien avait tenté lors de sa visite en février dans les camps de Tindouf, de convaincre les dirigeants du Polisario de réfléchir sérieusement à la proposition marocaine d’autonomie qualifiée de « sérieuse, crédible et réalisable » par plusieurs membres permanents du Conseil de Sécurité, notamment les Etats-Unis et la France. L’objectif de Ross est de parvenir à une solution consensuelle acceptable par le Maroc et le Polisario avec bien entendu, la bénédiction de l’Algérie.

Advertisement

Sans commentaires.

Laisser une Réponse