Plan Autonomie

Site de présentation et d'information sur le plan d'autonomie marocain et sur le Sahara

Des Sahraouis de Tindouf, dont d’anciens membres fondateurs du Front Polisario ayant rallié le Maroc, ont plaidé pour la mise en œuvre immédiate du Plan d’autonomie marocain au Sahara Occidental.

PA-rallliés-autonomie
Lors d’une table ronde tenue dernièrement à Laâyoune, les intervenants ont plaidé pour la concrétisation immédiate, de la proposition d’autonomie marocaine soumise en 2007 à l’ONU, conçue pour clore définitivement ce dossier qui remonte à l’époque de la guerre froide.

La mise en œuvre de ce plan, précisent-ils, mettra, en même temps, fin aux ambitions hégémoniques algériennes et aux prétentions séparatistes du Polisario.

Dans son intervention, Bachir Dkhil, un des fondateurs du mouvement séparatiste, a rappelé que le Polisario avait été fondé au départ, pour combattre l’occupant espagnol mais il est ensuite tombé sous le paternalisme des services de renseignements algériens avec le concours financier et logistique du régime déchu de Kadhafi.

Le régime algérien sous la présidence du défunt Houari Boumediene, n’avait pas pour objectif, comme l’explique Dkhil, de soutenir les thèses indépendantistes du Polisario, mais plutôt d’obtenir un couloir donnant sur l’Atlantique pour l’exportation de ses hydrocarbures, un projet que le Maroc a bien entendu, rejeté en bloc.

Pour cet ex-dirigeant du Polisario, la solution du problème du Sahara n’est pas à l’ONU, mais entre les mains des Sahraouis, surtout ceux établis dans les provinces sud du Royaume.

Néanmoins, suggère-t-il, il faudra au préalable, mettre un terme à la politique de favoritisme au profit de certains groupes et au détriment de l’exclusion d’autres. Pour ceux qui prétendent défendre les droits de l’Homme au Sahara, Dkhil leur propose de le faire loin de toute surenchère idéologique, au profit de tous les opprimés que ce soit dans la zone sud du Royaume ou dans les camps de Tindouf sur le sol algérien.

Les autres intervenants ont stigmatisé le rôle négatif de l’Algérie qui est devenue telle une mère poule pour les caciques du Polisario qu’elle couve et nourrit, non pas pour l’intérêt des populations sahraouies, mais à des fins, dont les patrons du DRS sont seuls à connaître le secret.

Ils ont également plaidé pour un dialogue franc et sincère loin de toute considération idéologique ou ethnique devant aboutir à un règlement définitif du conflit du Sahara.

Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.