Plan Autonomie

Site de présentation et d'information sur le plan d'autonomie marocain et sur le Sahara

tindouf-manifestationLe mécontentement des sahraouis contre le Polisario ne cesse de prendre de l’ampleur dans les camps de Tindouf, où le siège de la sécurité du camp dit « Smara » est passé sous le contrôle de centaines de manifestants les 23 et 24 janvier.
Les manifestants en colère protestaient contre les violences dont ont été victimes des sahraouis, agressés et sauvagement brutalisés par des milices du Polisario, rapporte le site spécialisé parisien « Le Courrier Stratégique ». Mais redoutant une extension des protestations aux autres campements, Mohamed Abdelaziz, à l’instigation des services secrets algériens, a ordonné la répression sans ménagement des manifestants. Les accrochages avec les milices du Front ont fait de nombreux blessés des deux côtés, alors que plusieurs véhicules militaires du Polisario ont été endommagés. Selon une source bien informée dans les camps de Tindouf, la violente réaction du chef du Polisario sous l’encadrement du DRS algérien, a été dictée par la crainte d’une contagion des manifestations. Surtout que la fronde intervient au moment où Christopher Ross, le médiateur onusien dans le conflit du Sahara occidental, se trouve en tournée dans la région.
Toutefois, les services de renseignements militaires algériens qui contrôlent réellement tout ce qui touche à l’affaire du Sahara occidental, aux camps de Tindouf et au Polisario, avaient des craintes plus graves encore, selon la même source. Les hauts gradés des services du DRS redoutent plus que tout, une recrudescence de l’activisme des sahraouis de Tindouf qui sont acquis à l’option marocaine d’autonomie au Sahara occidental. Les partisans du plan d’autonomie sont en effet nombreux dans les camps et deviennent de plus en plus audacieux dans leur opposition aux dirigeants du Polisario, malgré le climat de répression et le déni du droit d’expression ou de déplacement, précise la même source.

1 thought on “Tindouf : Le Polisario confronté à une fronde sans précédent

  1. Normale ils sont traités par l’ Algérie comme des chiens; des moins que riens; du bétails; que l’on peut envoyer paitre aux grès de leurs envies.

Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.