Plan Autonomie

Site de présentation et d'information sur le plan d'autonomie marocain et sur le Sahara

Autonomie_Maroc_ItalieLa conférence internationale organisée à Kalaat Sraghna sur l’avenir de l’autonomie et de la régionalisation comme modèles de gestion locale de proximité, a été l’occasion de mettre en lumière la pertinence du plan d’autonomie pour le règlement de la question du Sahara occidental.
L’intérêt de la rencontre internationale a été d’autant plus  grand que la conférence s’est inspirée du modèle d’autonomie de la région italienne Trentino-Alto Adige. D’ailleurs, la ministre italienne de la solidarité internationale Lia Beltrami était présente à la conférence, ainsi que le sénateur Georgio Postal et l’universitaire Antonio Scaglietti. Ces deux derniers ont parlé de cette région de l’Italie septentrionale qui, grâce à un plan d’autonomie conduit de manière avisée, s’est profondément transformée. D’une région rurale et pauvre, elle est devenue une région prospère s’appuyant sur ses propres potentialités  pour impulser une multitude d’activités économiques, en particulier dans les secteurs de l’agro-industrie et du tourisme.
D’autres intervenants ont rappelé les choix stratégiques opérés par le Maroc en intégrant la régionalisation avancée dans la Constitution de juillet 2011. L’objectif est d’opter pour une gestion fondée sur le respect des spécificités locales et régionales. Le plan d’autonomie pour la région du Sahara occidental prendrait alors sa place naturelle dans la future structuration régionale du pays.
Plusieurs conférenciers ont également souligné le consensus international qui s’est dégagé autour du projet d’autonomie pour le Sahara occidental, présenté par le Maroc aux Nations unies en 2007. Un projet d’autant plus pertinent qu’il a crée une nouvelle dynamique politique, fondée sur la recherche d’une solution négociée.
Toutefois, l’Algérie reste en dehors du consensus international en poussant le Polisario, le mouvement hébergé, armé et financé par les autorités algériennes, à opposer un refus obstiné à ce plan qui a pourtant recueilli l’adhésion des principales capitales mondiales.

Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.