Sahara occidental : Hollande déçoit Alger

C’est le scénario tant redouté qui s’est produit à Alger sur la question du Sahara occidental. Loin d’incliner un tant soit peu la position de Paris comme souhaité par l’Algérie, la visite du président français, François Hollande, n’a fait que la raffermir.
Répondant à la question d’un journaliste algérien sur le sujet, le chef de l’Etat Français a calmement répondu : « la France soutient une solution négociée et mutuellement acceptable de la question du Sahara occidental, conformément aux résolutions et paramètres clairement définis par le Conseil de sécurité » de l’ONU. Et pour couper court à toutes interprétations qui auraient pu être faites sur ses propos, François Hollande a expliqué, tout aussi calmement : « le réalisme et l’esprit de compromis doivent permettre de parvenir à une solution politique à ce différend qui n’a que trop duré ». Enfonçant le clou un peu plus, le président français a proposé les services de la France « pour aider les parties à progresser vers une solution », sans toutefois nommer ces parties, elles se reconnaîtraient d’elles-mêmes. Les propos de François Hollande ont été d’autant plus amèrement reçus à Alger et au QG du Tindouf, fief du Polisario en Algérie, qu’ils sont portés par un président de gauche.

En fait, la position de la France a été constante dans le dossier du Sahara occidental, que ce soit sous des gouvernements de droite ou de gauche, Paris étant parfaitement au fait de l’origine et des acteurs réels de ce conflit monté de toutes pièces. De surcroît, la position de la France s’aligne sur pratiquement toutes les résolutions du Conseil de sécurité depuis 2007. A cette date, le Maroc avait proposé le plan d’autonomie au Sahara occidental que la communauté internationale a accueilli avec empressement.
Depuis, le Conseil de sécurité insiste à chaque fois sur la nécessité de parvenir à une solution politique sur la base du réalisme et du compromis pour mettre fin à un conflit régional artificiellement entretenu depuis près de quatre décennies.

 

Advertisement

Sans commentaires.

Laisser une Réponse