Plan Autonomie

Site de présentation et d'information sur le plan d'autonomie marocain et sur le Sahara

Contrairement à l’option du référendum d’autodétermination jugée irréalisable et dépassée, la proposition marocaine d’autonomie reste d’actualité et ne cesse de drainer des avis favorables.
Il s’agit, comme vient de l’affirmer un universitaire américain, de l’unique solution concrète et faisable qui est actuellement sur la table des négociations et qui peut conduire à un règlement définitif du conflit du Sahara Occidental. Intervenant mardi, lors d’une conférence à l’université George Washington, le professeur William Zartman, spécialiste des résolutions des conflits, rappelle qu’«en 2007, le Maroc a fait l’unique et majeur pas en avant pour aboutir à une solution à ce conflit, en présentant un plan d’autonomie sous souveraineté marocaine ». La proposition marocaine d’autonomie, a-t-il expliqué, offre « une excellente solution de compromis », en ce sens qu’elle reste ouverte aux négociations et permet aux populations de ce territoire de gérer leurs affaires locales en toute transparence et de manière démocratique. C’est un principe qui a fait ses preuves dans la pratique internationale contemporaine en matière de résolution des conflits, a-t-il souligné. Ce procédé d’autonomie, a-t-il rappelé,  est également appliqué sous diverses formes par des pays avancés comme l’Italie, qui compte cinq régions autonomes et l’Espagne avec ses dix-sept communautés autonomes.

L’expert américain Zartman, qui est également professeur émérite à l’université Johns Hopkins de Washington (Johns Hopkins School of Advanced International Studies -SAIS), affirme par ailleurs que le Maroc a déjà enclenché la procédure d’autonomie en lançant son programme de mise en place d’une régionalisation avancée à même de renforcer la démocratie locale.
Saluant au passage les dernières grandes réformes constitutionnelles annoncées le 9 mars dernier par le Roi Mohammed VI, le professeur Zartman estime que de telles réformes sont de nature à consolider la démocratie et l’Etat de droit dans le cadre du processus de démocratisation entamé de longue date par le Royaume. De telles réformes démocratiques profiteront à toutes les composantes de la société et à toutes les provinces du royaume y compris celles de la zone sud.

 

Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.